Si vous souhaitez ne plus recevoir d'infos de notre part, merci de cliquer ici. Nous ferons le nécessaire.
................................................................................................................................................

7 jours de Fête, de Découvertes, de Créativité et de Création entre le 30 juillet et le 7 août 2016
animés par Pierre CJ Vaissière et Martine Alix Coppier

Le programme détaillé de ces journées créatives dépendant du nombre de participants, il sera communiqué début juillet.


____________
« FAIRE FACE »


Dans le cadre de ces journées ouvertes à tous,

des ateliers ludiques seront proposés pour apprendre à FAIRE FACE. Une forme originale d’écriture sea mise à contribution. Elle empruntera des chemins inhabituels et éclairants.

Postulat
Ce qui se passe à grande échelle, à l'instar des événements qui touchent une collectivité, ne serait qu'un reflet de ce qui se passe, en plus modeste au niveau individuel : notre univers est fractal ; rien n'existe qui ne soit lié à autre chose ; nous tendons à un comportement qui est de l'ordre de la réplication. S'y rajoutent de puissants champs de force qui nous maintiennent à une place que nous estimons ne pas être la nôtre, mais que notre tendance au conformisme et à l'obéissance nous incite à garder.


Constat
Beaucoup de troubles (et de trouble) en ces temps bénis, qui ne font que valider un certain état de
grâce désagrégation de nos sociétés.
Fatigues, surmenages,déprimes, maladies, voire décés nousdésarçonnent et nous atteignent en profondeur. Rien là de bien extraordinaire. Mais si nous ajoutons les décisions inspirées de nos têtes pensantes, les actes de terrorisme et les conflits qui y sont liés et remettent déjà en question nos modes de vie et nos libertés, jusqu'à celles de pensée, c'est une autre paire de manches.
Nous pouvons courber le dos et tenir bon en espérant qu'un miracle mette un terme au triste bordel ambiant ; nier l'évidence et nous contenter d'user nos dernières cartouches ; garder la tête dans le seau à défaut de sacrifier à la prétendue occupation des autruches, chacun n'ayant pas de bac à sable à sa disposition ; mais nous pouvons aussi nous redresser, faire face, puis faire front.
Car nous n'allons tout de même pas nous laisser emmouscailler par des emmerdements de bas étage !


Réactions 
Faire face

Des expérimentations
in vivo vont nous apprendre à faire face, de façon concrète. Qui seront l'objet de jeux (parfois de garnements) dont la portée sera d'autant plus grande quie l'implication des joueurs aura été forte. Et plus nous nous impliquerons, plus les effets dans notre vie quotidienne se feront sentir.

Faire face à quoi ?
1. à l'inattendu, quel qu'il soit, servant ou non nos intérêts, plaisant ou détestable. Les phénomènes de synchronicité seront de la partie. Qu'il nous faudrarenifler pour les débusquer s'ils se font discrets, avant de les décrypter ou tenter de le faire.

2. à une Cour de justice
Nous serons ensuite confrontés au jugement et à sa soeur la culpabilité. Notre jugement, souvent sourd et aveugle, plus celui d'un tribunal (d'exception ?). L'iniquité s'y invitera et nous aurons à nous frotter au mur d'incompréhension qui se dressera devant nous.
Qui dit jugement dit sanction. Cependant pas toujours. Mais tout jugement laisse des traces.

3. à un emprisonnement et à l'évasion qui va avec
Qui dit sanction, suggère sanction pénale, ce qui évoque la privation de liberté : gnouf, taule ou prison selon le bagage culturel de qui se retrouve derrière les barreaux. Parfait pour méditer. Si la sanction s'avère illégitime, s'évader sera un devoir. Y penser sera une bonne occupation et passer à l'acte en sera une autre qui demandera un minimum de patience plus bon poids bonne mesure de réflexion. Cependant, et reconnaissant notre culpabilité dans l'espoir de gagner quelques années lumière de purgatoire, rien ni son contraire ne nous empèchera de vouloir nous faire la belle, fut-elle au bois dormant.

4. à quelques disparitions
La mort. Elle se porte bien, merci, et ne risque pas le chômage. Finalement, il vaut mieux. Un monde sans disparition est un monde mort, car stable. Sans instabilité ni changement, donc mouvement, les haricots ne pouvant plus germer, c'est leur fin assurée.
Mourir à soi-même de temps en temps est la condition
sine qua non pour vivre plutôt que survivre. Trop souvent nous nous laissons déborder par le gosse que nous fûmes, nous supportons l'adolescent plus ou moins boutonneux que nous essayâmes d'être, nous endurons l'adulte trop souvent convenu qu'il nous fallu bien devenir et nous avons du mal à tolérer le vieillard sénile que nous serons, si les petits cochons ne nous ont pas mangés d'ici là. Autant de personnages que nous aurons intérêt à renvoyer dans leurs pénates, une fois libérés des émotions liées à leurs expériences traumatiques passées. Ce que nous ferons après avoir débusqué leurs agissements.
« On joue pas avec la mort, z'êtes que des impies ! » m'a répondu le curé à qui j'ai demandé s'il pourrait venir nous délivrer l'extrême onction et pratiquer l'office des morts. Tant
pis mieux, nous ferons sans lui, qui n'a pas compris que l'on ne peut faire face sans s'être libéré de la gangue de plomb ou de la dense poix du passé qui nous colle aux basques.
La nuit portant conseil, nous la prierons de bien vouloir nous assister.

Fuir en s'arrangeant comme on peut ?, ou...
Mea culpa Alterius culpa
Il ne sera pas interdit de lever le poing aux nues pour accuser le ciel de tous nos malheurs, mais dans ce cas, méfiance ! car il n'est pas sûr que les dieux apprécient. D'autant que, lorsque tout va bien, les remerciements qui leur sont adressés sont d'une telle rareté qu'on peut douter de l'existence même du MERCI. A défaut, nous pourons toujours accuser nos parents, les voisins, le patron, les immigrés, les Chinois, le 1/3 provisionnel, notre conjoint, les jeunes qu'on ne sait plus quoi faire pour les tenir, et la concierge des voisins, etc.
Accusations, jérémiades, dénigrements, calomnies, diffamations et autres détractions en public, rien de tel pour vider son sac et remplir celui des autres de ses propres merdes (façon de parler). Il suffira de mettre les mains en porte voix et de placarder quelque dazibao haineux. Facile. Mais moins facile, ensuite, de faire face au lâche de mauvaise foi (mais chacun s'arrange comme il peut), de lui lancer à la FACE ses quatre vérités et de le remettre à sa juste place. Un miroir sera l'indispensable accessoire de ce jeu cruel d'une rare drôlerie.


Crayon entre les doigts, reprendre les choses en main

1. Le corps se fait page
Traces. Pensées elles gravent des sillons, souvent ornières, dans la matière grise ; zébrures du fouet sur les chairs ou impacts de projectiles sur les murs, elles disent à quel point les hommes n'aiment, ni ne s'aiment. Rides, corrosion ou érosion, elles signent la fragilité des choses, leur altérabilité et annoncent leur fin. Lettres jetées sur la page, elles content l'humain.
Le corps se fera pages, la graphie fera corps avec lui, une chorégraphie se dessinera, et peut-être irons-nous jusqu'à un semblant (sang blanc ?) de scarification pour bien s'enfoncer dans le crâne ce que nous nous serons promis de ne point oublier. Issu de la terre et du feu où il finira son oeuvre, le charbon de bois se fera crayon du tatoueur ou surin du tueur si nous n'avons pas réussi à nous débarrasser du gamin, de l'ado, de l'adulte et du vieux qui nous hantent. Un rituel de tatouage où les idéogrammes et pictogrammes auront leurs mots à dire et des maux à défaire.

2. Lettres de miel
S'octroyer du bon, prendre soin de soi et des autres, non pour être bon, mais pour se faire du bien.
Avec l'écriture, appliquée. Celle qui, glissade sur une peau devenue mer d'huile, se fera sympathique. De l'enfance, nous aurons gardé le principe de l'encre magique qui protégea nos secrets.
Nous nous prodiguerons des soins venus d'un autre âge, celui du temps où –avant qu'une éducation fermée et conformiste nous dépossédât de notre naturel et de notre simplicité–, nous faisions face : Na !



Pierre VAISSIERE - 67 avenue de Zella-Mehlis - 38400 St-MARTIN D’HERES - Tél : 06 83 79 42 37
emails :
pierre.vaissiere@numericable.fr - contact@pierrevaissiere.fr - contact@pierrevaissiere.net
sites : 
L'univers créatif de Pierre Vaissiere (formule simple)
 
L'univers créatif de Pierre Vaissiere (formule étoffée)
L'école de la vie
s
ite officiel d'auteure : Martine Alix Coppier

entete_week_end_creativite_601.PNG